Les plaisirs de la fin de l'été à vélo

Un tour à vélo de Paderborn le long de l'Alme, de la Diemel, de la Weser, de la Werre jusqu'à Detmold

En septembre 2021, ma femme et moi avons fait du vélo pendant plusieurs jours le long de l'Alme, de la Diemel, de la Weser et de la Werre. L'objectif était de faire un tour agréable et détendu avec peu de dénivelé, mais de belles vues et beaucoup d'eau. C'est exactement ce qui s'est passé. C'était un pur plaisir.

En fait, nous voulions partir en randonnée dans les Cévennes, mais bien sûr, le virus de la maladie de Corona nous a également empêchés de réaliser ces projets en 2021. Partir en France pour deux semaines nous a semblé inapproprié. Que faire alors ?

"Faisons un tour à vélo, qu'est-ce que tu en penses", ai-je demandé à ma femme, "si nous roulons dans les environs, le trajet aller-retour pour le tour à vélo ne sera pas long. La région est belle et nous avons l'occasion de découvrir l'importante architecture de la Weser Renaissance, de pédaler le long des ruisseaux et des rivières. J'ai prévu comme points forts Warburg, le monastère et le château de Corvey, Höxter, Hameln, le monument de Hermann et les Externsteine". "D'accord, ça a l'air très bien".

Tout ne s'est pas passé comme prévu.

Les plaisirs de la fin de l'été à vélo - La brume fraîche du matin nous picote le visage - un plaisir de rouler ici.

Brouillard matinal derrière le monastère de Corvey

La brume fraîche du matin nous picote le visage - un plaisir de rouler ici.
Photo : Thomas Schürmann, Samsung S7, 03.09.2021

Notes, inspiration et lieux de parcours

Par où est-on passé ?

329 kilomètres, 845 mètres de dénivelé en montée et 836 mètres en descente - via Borchen, Henglarn, Atteln, Dalheim, Blankenrode, Hardehausen, Rimbeck, Warburg, Dalheim, Haueda, Liebenau, Lamerden, Eberschütz, Trendelburg, Bad Karlshafen, Beverungen, Blankenau, Werden, Fürstenberg, Höxter, Corvey, Lüchtringen, Holzminden, Forst, Polle, Dölme, Rühle, Bodenwerder, Hehlen, Hajen, Grohnde, Hagenohsen, Tündern, Hameln, Wehrbergen, Fischbeck, Hessisch Oldendorf, Ahe, Engen, Rinteln, Varenholz, Erder, Vlotho, Rehme, Bad Oeynhausen, Löhne, Falscheide, Herford, Bad Salzuflen, Schötmar, Waddenhausen, Lage, Detmold - et retour en voiture à Paderborn via le monument de Hermann.

Les plaisirs de la fin de l'été à vélo - Départ en voiture ou en train, au choix

Carte de l'itinéraire

Départ en voiture ou en train, au choix
Photo : Thomas Schürmann, Source : Openstreetmap, 12.2021

"Quand tu es abattu, quand les jours te semblent de plus en plus sombres, quand le travail ne te semble plus que monotone, quand il te semble presque inutile d'espérer quoi que ce soit, enfourche simplement ta bicyclette pour dévaler la rue, sans penser à rien d'autre qu'à ta chevauchée sauvage".

Arthur Conan Doyle

"Faire du vélo me procure un grand plaisir : c'est magnifique, un peu fatigué et échauffé, de s'asseoir quelque part et de regarder par-dessus les buissons, les prés et les collines, et le soir, c'est même magnifique de rouler dans les rues des faubourgs".

Hugo von Hofmannsthal

Jour 1 - De Paderborn à Warburg - 66 km

Journée d'initiation au rêve

Le départ a été donné à 9 heures du matin à Paderborn. Au coin du Frankfurter Weg et de la Barkhauser Straße, on a un accès direct à l'itinéraire, car c'est là que commence directement la piste cyclable vers Borchen.

Avantage de cette excursion d'une journée : seuls de très courts tronçons empruntent des routes, la plus grande partie étant des pistes cyclables et d'étroits chemins agricoles goudronnés. Et la piste cyclable a commencé directement à la route de Barkhauser. Le long de l'Alme, on emprunte de belles pistes cyclables, des routes étroites et peu fréquentées via Barkhausen et Wewer jusqu'à Borchen. De là, via Gellinghausen, Etteln, Henglarn, Atteln, jusqu'à Husen. Un très beau parcours. Très facile à parcourir et bien balisé. Il n'y a que de très légères montées. Cette partie de l'itinéraire a un inconvénient : Dans cette région de la Westphalie orientale, on élève beaucoup de porcs et on le sent malheureusement aussi grâce aux sols à fentes qui renforcent les odeurs dans les étables de ces lieux. Cela diminue nettement l'envie d'aller voir un lieu de plus près. Nous nous y arrêtons brièvement ou nous en tenons éloignés et nous nous laissons dédommager par le paysage calme avec de belles vues.

À Husen/Lichtenau, nous avons décidé de faire un petit détour par Dalheim. C'est là que se trouve un ancien couvent baroque impressionnant datant du 15e siècle et appartenant à l'ordre des chanoines augustins. Le monastère a connu sa plus grande prospérité au début du 18e siècle, et la plupart des bâtiments actuels ont été construits à cette époque.

De là, nous sommes retournés à la piste cyclable et, peu après, nous sommes malheureusement montés par une large route à circulation rapide jusqu'au point le plus élevé de notre voyage, que nous avons atteint après Blankenrode, à environ 420 m d'altitude. C'est ici que se trouve la ligne de partage des eaux entre le Rhin et la Weser. L'Alme se jette dans la Lippe et dans le Rhin, tandis que la Diemel se jette dans la Weser.

En descendant le Humbertsberg, nous n'avons pas seulement constaté les dégâts considérables causés par le changement climatique dans la forêt qui nous entoure. Malheureusement, le manteau de ma roue arrière s'était aussi considérablement déformé en raison de son âge. Le renfort en fibres de la gaine était devenu cassant et s'était déchiré. Il n'était donc pas question de descendre rapidement.

Nous sommes maintenant descendus dans les contreforts de la vallée de Diemeltal, qui nous accompagnera jusqu'à la Weser. Nous avons descendu la vallée du Schwarzbach jusqu'à Hardehausen, puis nous avons longé la Diemel via Rimbeck, Wethen et Germete jusqu'à notre destination finale, Warburg. Un parcours magnifique que nous avons parcouru par le meilleur temps qu'il soit pour un cycliste, avec un ciel légèrement nuageux et un léger soleil.

Warburg, avec son histoire de plus de 1000 ans, se nomme volontiers le Rothenburg de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, et vaut la peine d'être vu et visité, tant par sa situation que par son architecture. Et il y a un magasin de vélo près de la gare qui s'est occupé de ma roue arrière en fin d'après-midi. Un rayon s'était en effet cassé. Malheureusement, ce n'était pas le dernier, mais nous ne le savions pas encore à ce moment-là.

Nous avons passé la nuit dans l'excellente pension FAMOS Schlafen, où nous avons non seulement passé une bonne nuit, mais où nous avons également eu droit au meilleur petit-déjeuner de notre voyage le lendemain matin (contact : Sabine Ludwig, Famos Schlafen, https://www.famosschlafen.de/).

Jour 1 : lien vers la carte Bikemap

https://www.bikemap.net/de/r/9447526/

Jour 2 - De Warburg au monastère de Corvey - 75 km

Détente pure et le soir, des kilomètres à parcourir

Après ce super petit déjeuner de luxe, nous avons continué à descendre vers l'est dans la vallée de la Diemale, et je qualifierais ce tronçon, de Warburg à Bad Karlshafen sur la Weser, de plus belle partie du voyage. J'ai rarement fait du vélo de manière aussi détendue et tranquille. Un parcours magnifique, varié, sinueux et agréable le long de la Diemel. Nous sommes passés par Haueda, Liebenau, Lamerden, Eberschütz, Sielen pour arriver à Trendelburg, où nous avons tout juste réussi à nous rendre à la boulangerie, ouverte jusqu'à 13 heures seulement, située dans la partie supérieure de cette petite ville agréable. Nous nous sommes assis par beau temps sur la pelouse de l'église, avec une vue panoramique sur les maisons à colombages joliment décorées de la petite ville, qui possède un impressionnant château du 13e siècle.

De Trendelburg, nous avons suivi l'ancienne voie ferrée et le Carlsbahn de Trendelburg à Bad Karlshafen en direction de l'est. Malheureusement, l'ancien tunnel de Deisel était fermé, car des voleurs avaient dérobé l'éclairage du tunnel. Mais même le détour était agréable à faire. Ceux qui le souhaitent peuvent faire une pause au Café Mehlschwalbe dans le château d'eau de Wülmersen, mais j'ai malheureusement trouvé le personnel très peu aimable.

Vers l'après-midi, nous sommes arrivés à Bad Karlshafen et enfin au bord de la Weser. L'endroit dispose d'un bassin baroque unique en son genre, qui a été réactivé pour l'utilisation de bateaux et autour duquel on peut s'asseoir et déguster un café et un gâteau presque sans être dérangé par la circulation automobile.

Un appel de contrôle à notre auberge de jeunesse au monastère de Corvey nous a appris que nous devions arriver au plus tard à 18 heures, car la réception fermerait à cette heure-là. Comme nous voulions encore faire quelques achats alimentaires à Höxter, il fallait désormais pédaler à fond pour arriver à l'heure.

Ainsi, nous n'avons malheureusement rien vu des localités de Würgassen, Beverungen, Blankenau, Wehrden et Fürstenberg, si ce n'est un passage rapide.

Arrivés à Höxter, nous avons vécu notre premier choc culturel cycliste contre voiture. Après presque deux jours de vélo sur des petits chemins, des voies ferrées et des petites routes, nous n'étions plus habitués à la force bruyante absolument grotesque d'une ville coupée par des voitures. Jamais auparavant je n'avais autant perçu la circulation automobile comme un corps étranger qu'à notre arrivée à Höxter. C'est ce que nous devions ressentir à plusieurs reprises dans certains endroits au cours des jours suivants. Malgré sa beauté architecturale, nous n'avons donc pas fait l'expérience de Höxter, car nous n'avons fait que des achats rapides et avons poursuivi notre route. Depuis le centre du village, il y a à peine 2 ou 3 km jusqu'à l'ancienne abbaye bénédictine sur la Weser, datant du 9e siècle. Notre hébergement de type auberge de jeunesse se trouvait dans l'une des ailes secondaires. Un accueil moyennement chaleureux, des chambres avec des lits superposés et un équipement sobre et pratique nous attendaient. Suffisant, mais plutôt standard des années 80. (Contact : Weser Aktivhotel https://www.weser-aktivhotel-corvey.de/) En revanche, après notre dîner fait maison sur la belle terrasse de l'auberge, nous avons pu flâner sur le terrain du monastère et admirer de l'extérieur les immenses installations du monastère.

Jour 2 : lien vers la carte Bikemap

https://www.bikemap.net/de/r/9447563/

Jour 3 - De Corvey à Hameln - 73 km

La belle et romantique Weser

Nous avons alors continué à longer la Weser pendant les deux jours suivants. À huit heures et demie du matin, le monastère était recouvert d'un brouillard impénétrable. Nous avons pris beaucoup de plaisir à parcourir cette route fraîche et humide dans une atmosphère brumeuse. Sur le bord du chemin, nous avons pu découvrir de nombreuses toiles d'araignées mouillées par le brouillard matinal, et devant nous, des fragments de paysage apparaissaient, blafards, dans la brume brumeuse. Plus tard, le soleil clignait du sud-est à travers la brume. Une belle journée commençait.

De Corvey, il n'y a pas loin jusqu'à Holzminden, où nous avons fait le plein de nourriture et de pique-nique pour la journée. Nous avons poursuivi par Forst jusqu'à Polle, où nous avons fait une pause à l'ombre d'un grand pâturage près de l'embarcadère du ferry, dont l'exploitation est perturbée. Le soleil brillait sur le château de Polle, il était intéressant de regarder depuis l'autre rive les excursionnistes qui se rendaient en vain au ferry. Nous avons continué à pédaler par Reileifzen, Dölme, Rühle (pause, pique-nique, collation et possibilité de toilettes) jusqu'à Bodenwerder par un temps ensoleillé. Le temps de laisser vagabonder le regard à droite et à gauche. Il y avait toujours quelque chose à découvrir. De petits plaisirs dans de petites découvertes. À Bodenwerder, nous avons flâné dans ce joli village et avons repris des forces avec un milk-shake fruité et frais.

Mais on peut aussi faire une très belle pause quelques kilomètres après Bodenwerder, à Daspe. Il y a là un beau banc avec vue sur le château d'eau de Hehlen. Après Daspe et le joli petit village de Hajen, j'ai suivi Grohne, où se trouve un banc avec une vue très inquiétante sur les immenses tours de refroidissement de la centrale nucléaire de Grohnde. Et je viens de lire qu'après 36 ans de fonctionnement, la centrale a cessé de fonctionner le 31 décembre 2021. Malheureusement, nous devrons encore nous occuper de ses déchets pendant quelques milliers d'années.

De Grohnde, en passant par Latferde, Hagenohsen, il n'y a plus beaucoup de chemin à parcourir jusqu'à Hamelin, la ville du joueur de flûte, dont on dit qu'elle est une ville depuis 1200. C'est à la Renaissance que Hamelin connut son plus grand essor, Hamelin devint membre de la Hanse et les riches revenus des marchands permirent la construction de bâtiments à la décoration impressionnante qui ornent encore aujourd'hui le paysage urbain.

Nous avons apprécié la soirée à Hamelin avec une très bonne pizza. C'est toujours un sentiment agréable de flâner et de se reposer tranquillement le soir après avoir travaillé avec ses jambes. Je préférerais à tout moment Hamelin à Höxter, mais à Hamelin aussi, nous avons trouvé très dérangeante la manière massive dont la circulation automobile affecte la qualité de vie. Notre hébergement à Hamelin était très bien, nous avons dormi à la pension Lange-Droit, nous avons pu ranger nos vélos dans la remise du jardin, au sec et à l'abri des voleurs, et nous avons eu droit à un très bon petit-déjeuner sur le balcon de la chambre. Pouvoir prendre son petit déjeuner dehors dès le matin est vraiment un grand plaisir.

Jour 3 : lien vers la carte Bikemap

https://www.bikemap.net/de/r/9447600/

Jour 4 - De Hamelin à Bad Oeynhausen - 62 km

La Weser tentaculaire et une station thermale de luxe

Peu après Hamelin, la Weser se tourne vers le nord-ouest et la vallée de la Weser s'ouvre de part et d'autre. Le paysage est désormais marqué par de vastes cultures et des carrières de gravier et de sable.

La piste cyclable longe la Weser pour sortir de Hamelin et c'est avec regret que nous avons fait nos adieux à cette belle ville. Nous avons continué à travers Wehrbergen et Fischbeck jusqu'à Hessisch-Oldendorf, que nous n'avons fait que dépasser. Peu après, une belle surprise préparée par un agriculteur pour les touristes de passage nous attendait : un self-service mobile de boissons et de nourriture. Avec du café frais, de l'eau pour le thé, des boissons fraîches d'un réfrigérateur, des soupes en sachet pour se réchauffer et de nombreux snacks. Paiement en boîte et sur la base de la confiance. Nous avons accepté l'offre avec plaisir et avons volontiers déposé notre obole.

Nous avons ensuite traversé un paysage rongé par d'anciennes gravières et sablières, mais qui constitue aussi l'habitat d'espèces animales rares. C'est ainsi que nous avons vu dans le ciel, au sud de Rinteln, un busard cendré, également appelé milan royal. Un très bel oiseau. Un couple de pygargues à queue blanche nicherait même dans les environs, nous a raconté un défenseur des animaux qui passait par là, que nous avons rencontré par hasard et qui nous a interpellés (parce que je dirigeais mes jumelles vers l'oiseau).

Nous sommes arrivés à Rinteln. Malheureusement, Rinteln a répété l'erreur de nombreuses villes en construisant un ghetto de supermarchés hideux sur le côté est de la ville, entouré d'immenses parkings. Parfait pour les automobilistes, mais en contrepartie, il n'est plus possible de faire ses courses dans de bonnes conditions dans la vieille ville. La conduite automobile est à l'ordre du jour et une fois de plus, tout semble si anachronique. Un changement s'impose. Mais je n'y crois pas.

Rinteln est vraiment belle, mais nous n'avions plus envie de ce genre de civilisation.

Contrairement aux recommandations de nos derniers hôtes, nous n'avions pas envie de traverser la Weser à côté de l'A2, nous avons donc changé de côté de la rivière plus tôt, ce qui a entraîné de nouveaux inconvénients, mais d'une autre nature. L'eBike de ma femme a plutôt des pneus slick adaptés à la route et n'était pas très bien adapté aux chemins forestiers boueux de l'itinéraire alternatif. Il est très désagréable de voir la roue arrière s'écarter sur le côté à plusieurs reprises dans des endroits glissants. À cela s'est ajoutée une attaque de chien furieuse à Stemmen, ce qui a fait de ce tronçon entre Stemmen et Vlotho, y compris la route nationale très fréquentée entre Erder et Vlotho, la partie la plus désagréable de toute la randonnée à vélo.

Après une courte pause à Vlotho, dont j'ai de très très mauvais souvenirs en raison de mes loisirs scolaires, nous avons atteint l'embouchure de la Werre dans la Weser à Rehme/In der Schlagde, le point le plus bas de notre voyage, à seulement 42 m au-dessus du niveau de la mer.

Là, nous avons bifurqué sur la magnifique piste cyclable le long de la Werre en direction de Bad Oeynhausen, que nous avons atteinte après 62 kilomètres parcourus, relativement reposés, mais très assoiffés.

Pour différentes raisons, nous avons vécu à Bad Oeynhausen une arrivée très différente de celle de tous les lieux précédents. Bad Oeynhausen est riche et a donc réussi à faire passer le trafic cycliste de la Werre au centre de Bad Oeynhausen par deux tunnels situés en dessous de la route et du chemin de fer. Cela rend l'entrée extrêmement silencieuse et détendue. De plus, on atteint directement la zone autour du parc thermal et on se sent captivé par l'ambiance calme et reposante qui semble planer sur cette luxueuse station thermale.

Notre logement s'est avéré être l'ancienne maison de notre propriétaire, une impressionnante villa Art nouveau à plusieurs étages que nous avions pour nous seuls, y compris l'utilisation du jardin. (Contact : Haus Grünwald, Bad Oeynhausen). Après une bonne douche, nous nous sommes rendus dans le parc de la station thermale et avons découvert Bad Oeynhausen. L'ambiance qui planait sur tout le parc en début de soirée, au milieu des cliniques et des grandes villas, était étrangement paisible, solennelle et calme. Cela nous a fait beaucoup de bien à tous les deux et nous a tout autant plu. En français moderne, on dirait "qualité de séjour", moi je dis simplement : on peut s'asseoir partout, regarder les gens et l'architecture, se reposer. Et c'était le but du voyage. C'était parfait. Bad Oeynhausen était vraiment assez parfait.

Jour 4 : lien vers la carte Bikemap

https://www.bikemap.net/de/r/9447680/

Jour 5 - De Bad Oeynhausen à Detmold - 53 km

De belles plaines alluviales et à travers la Westphalie Est rurale

Nous n'avions volontairement pas prévu autant de choses pour cette journée, car nous voulions encore visiter le musée de plein air de Detmold l'après-midi. Nous y sommes parvenus à temps et à l'heure.

De Bad Oeynhausen, la piste cyclable nous a de nouveau conduits dans les magnifiques plaines alluviales de la Werre, qui s'étendent presque jusqu'à Löhne. Nous avons tous les deux trouvé intéressant de constater à quel point nous n'avions plus envie de nous rendre dans les villes et le bruit qui y est associé. Le temps passé dans la nature à vélo avait beaucoup changé nos besoins.

Nous avons poursuivi notre route vers Herford en passant par Falscheide et le Spatzenberg. Peu avant Herford, j'ai entendu un bruit et un arrêt a révélé la catastrophe. Quatre rayons étaient cassés.

Pouvions-nous encore continuer ?

Nous avons décidé que oui, nous allions encore jusqu'à Detmold, mais avec prudence et lentement, et si possible le long de possibilités de ravitaillement accessibles, au cas où nous devrions tout de même interrompre le tour à un moment donné. Nous avons donc continué à rouler à proximité de la route ou du train, puis nous avons parcouru les 5 derniers kilomètres le long de la route nationale 239 de Lage à Detmold, que nous avons atteint à 13 heures.

Nous nous sommes rafraîchis un peu dans notre logement très bien entretenu et richement décoré dans le style frison (contact : Gästehaus Dunkelberg), puis nous avons marché jusqu'au musée en plein air. De grandes places de parking et une longue file d'attente nous attendaient. Plus tard, j'ai fait une découverte passionnante dans le musée en plein air. J'ai vu un bâtiment que j'avais moi-même connu dans mon enfance. Une ancienne ferme d'Ostentrop, qui avait été déplacée à Detmold pour être exposée au musée. Ostentrop est le lieu de naissance de mes parents et j'y ai passé beaucoup de temps étant enfant. Il est rare, m'a-t-on dit au musée, que quelqu'un ait vu un bâtiment sur son ancien site.

Le musée en plein air de Detmold se caractérise non seulement par l'assemblage de bâtiments provenant d'une grande partie de la Westphalie et de la Lippe, mais aussi et surtout par sa situation vallonnée. En partant de l'entrée, on monte toujours plus haut, jusqu'à la partie où une grande partie des bâtiments conservés sont regroupés en un village. Mais il y a aussi beaucoup de choses à découvrir autour de celui-ci, les fermes et les maisons de campagne conservées, les écoles, les moulins et autres bâtiments sont largement dispersés sur le site. Une acquisition de ces dernières années est notamment une station-service des années 50 aménagée de manière originale. Il y a des intérieurs de pharmacie, de tailleur, de magasin et de maison d'habitation qui ont été sauvés et qui, au vu de leur modeste simplicité, me font douter que nous fassions vraiment tout ce qu'il faut avec notre manière de gérer nos affaires. Les bâtiments et les intérieurs sont composés avec amour et le plus possible dans le respect de l'histoire. Malheureusement, dans le domaine agricole en particulier, le concept du musée n'est pas de donner une véritable vie aux objets. Cela m'intéresserait pourtant beaucoup. Je dois m'avouer que j'aime bien embellir la partie désagréable de notre histoire culturelle. Cela m'aiderait de pouvoir observer et vivre la vie quotidienne d'autrefois de manière plus réaliste, car cela me permettrait de mieux comprendre la dureté qu'elle impliquait. C'est une visite qui vaut vraiment la peine et si l'on prend son temps, on peut y passer toute la journée, admirer les magnifiques sols, les colombages, les portes de granges, les étables, les coffres, les aménagements de magasins et bien d'autres choses encore.

Jour 5 : lien vers la carte Bikemap

https://www.bikemap.net/de/r/9610325/

 

tl, dr;

Récit d'une très belle randonnée cycliste de fin d'été de Paderborn à Detmold en passant par Diemel, Weser et Werre.

Commentaires (0)


Ecrire un commentaire




En envoyant ce commentaire, j'accepte que le nom et l'adresse e-mail de cronhill.de soient stockés en relation avec le commentaire que j'ai écrit. L'adresse e-mail ne sera pas publiée ou transmise à des tiers.